Notre Dame

Je venais de prendre une photo de Notre Dame pour mes devoirs qui consistait à prendre une photo de quelque chose de vert. Il faisait beau, les arbres étaient d'un vert éclatant et les fleurs roses s'épanouissaient ; un après-midi parfait avec le ciel bleu et le soleil, mais j'y pense seulement maintenant que je regarde la photo. À ce moment-là, mon amie qui est venue me voir de Londres m'a dit « Oh my goodness, this view is so beautiful, this is so Paris, it’s it ?» à laquelle j'ai répondu « yeah, it’s beautiful » sans regarder en arrière. J'étais tellement habituée à voir Notre Dame, je ne pensais pas que ce serait la dernière fois que je la verrais comme ça, j'aurais dû regarder en arrière une dernière fois. Nous sommes entrées dans la cathédrale et mes amis ont été étonnés de sa beauté, j'étais aussi subjuguée malgré le fait que j’y sois déjà allée plusieurs fois. Il était déjà presque l'heure de la fermeture et nous savions que nous ne pouvions pas rester longtemps, mais nous avons été surpris de la rapidité avec laquelle on nous a dit de partir. Nous ne savions pas qu’en fait tout le monde était évacué de l'île. Comme tout le monde partait en même temps, le pont était bondé et coincé, une fois que nous avons traversé, je pouvais sentir la chaleur du feu. Il n'y avait pas d'odeur donc ce n'est que lorsque nous nous sommes échappées à la foule que nous avons vu l'ampleur du feu, et la plus mémorable, la fumée jaune et verte qui montait dans le ciel. Nous avons regardé avec horreur. Nous nous sentions mal si nous lui tournions le dos, donc nous avons observé pendant des heures sans savoir quoi faire, pendant que le feu dévorait lentement la pauvre Notre Dame et que le toit s’effondrait sur lui-même. Je ne savais pas si j'avais le droit d'être triste, ce n'est pas ma ville, ce n'est pas ma cathédrale, mais j'ai senti que les débris tombés de Notre-Dame pesaient sur mon cœur. Les cloches des autres églises ont sonné pendant que ma ville préférée dans le monde était en deuil.Nous avons regardé le toit brûler, la flèche tomber, la fumée changer de couleur, jusqu'à ce que nous réalisions que le soleil était tombé. Il n'y avait rien que nous puissions faire. Quand nous sommes partis, la lueur du feu brillait toujours à travers le vitrail.



Get Notified On Upcoming Events and New Entries